Tribune des politiques – Le Valais: une valeur sûre

Le Valais :
une valeur sûre

S’engager en politique, ce n’est pas simplement administrer le quotidien des citoyennes et des citoyens, mais c’est surtout vouloir l’améliorer ! C’est travailler chaque jour pour tendre vers la société la meilleure qui soit. Pour s’engager en politique, il faut conserver un certain idéalisme qui doit prendre corps dans des actions concrètes.

Les valeurs restent ainsi la base essentielle de toute action politique. Je ne peux pas concevoir une politique qui ne se fonderait pas sur des valeurs fortes car, sans celles-ci, il est impossible, ou presque, de définir une ligne claire et des objectifs à atteindre. Et les valeurs que je partage avec le Valais sont des valeurs de responsabilité individuelle, de solidarité, d’ouverture à l’autre et, l’essence même de notre société, des valeurs familiales !

La responsabilité individuelle permet de rappeler que chacun est responsable de sa vie et de celle des autres et de ce qu’il en fait. Quant à la solidarité, elle est indispensable pour appuyer celles et ceux qui ont besoin du soutien de la collectivité pour vivre dignement. L’ouverture à l’autre permet, lorsque chacun assume pleinement sans honte ni jugement son identité, de s’enrichir mutuellement. Finalement, la famille reste l’endroit où l’on se sent bien et où les valeurs passent de génération en génération et où l’on transmet notre culture judéo-chrétienne qui nous rattache à toute notre Histoire.

Ces valeurs me permettent d’analyser chaque question et chaque problématique de manière plus sereine car elles me permettent de suivre ma ligne. Elles permettent aussi d’éviter de tomber dans l’électoralisme et la seule recherche de voix. Bref, grâce à mes valeurs, je garde les pieds sur terre et je n’oublie jamais que je m’engage dans le seul but de servir la collectivité.

Maintenant que vous m’avez fait confiance pour vous représenter à Berne, je défendrai ces valeurs qui caractérisent notre beau Valais et j’en ferai bon usage dans toutes les décisions importantes qui seront prises ces quatre prochaines années.

Un ami m’a rappelé dernièrement la fameuse phrase d’André Malraux « On ne fait pas de politique avec de la morale, mais on n’en fait pas davantage sans ». Cela reste vrai en Valais en 2011 … peut-être même encore plus qu’avant !

Yannick Buttet, conseiller national PDCVR

Parution dans la tribune des politiques du nouvelliste le 15 novembre 2011


Catégorie: Médias | Laisser un commentaire